La transformation de la fondation

Publié le par Mical Paris

Suite à la Réforme, la pluspart des descendants Walsbronn sont devenu protestants. Il n'y a plus lieu de dire des messes pour les défunts de la famille. "La Fondation obligeait les bénéficières  de dire trois Messes par semaines, de résider à Wissembourg, et d'assister le curé au Service Divin les jour de fêtes et de Dimanche." Traité de de Famille Précis de l'instance 1755 archives municipales de Wissembourg

C'est 19 juillet 1563, que la famille donne une nouvelle destination aux revenus de la Fondation.

Une partie des revenus est désormais destinée à des jeunes gens se destinant aux études. Cela sous la forme d'un secours annuel.

L'autre partie de revenu est destinée  "à la caisse des pauvre de Saint Jean" (Wissembourg) Statut et Réglement de 1867 archives municipales de Wissembourg.

A cette même époque, bien d'autres fondations de ce type changent de destination. Ainsi dans le rappot de Monsieur SCHEPPELIN, est cité une prébende lié au Chapitre de Saint THOMAS de Strasbourg dont les revenus, après la Réforme, servirent à l'entretien des Proffesseurs de l'Université. Ceci explique probablement les nombreux procès intentés par l'Eglise Catholique qui c'était vue privée d'une partie de ses revenus.

La gestion est assurée par la famille. Un conseil d'administration est élu en assemblée générale pour 6 ans. Un receveur est également élu pour 5 ans. Seul le receveur est salariè de la Fondation, il a en charge la gestion et l'administration des fonds de dotation de la fondation.

La fondation c'est vue modifié au file du temps et de évènements géo-politiques. La Révolution Française supprimera les dons fait à la caisse des pauvre de Saint Jean et entamera le capital de la Fondation.

Mais, c'est probablement  la situation géographique de Wissembourg qui permet à la Fondation de perdurer. La ville  échappe ainsi à la révocation de l'Edit de Nantes par exemple!

 

 

 

Publié dans genealogie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article